Collégiale Notre-Dame : L'INRAP procède à des levés de façades...

AccueilCollégiale Notre-Dame : L'INRAP procède à des levés de façades...

Lundi 27 janvier les archéologues de l'INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives) ont commencé une campagne de levés photographiques sur les façades de la Collégiale Notre-Dame avant que ne commencent des travaux d'assainissement de la partie nord-ouest de l'église (charpente, couverture, élévations et façades) programmés par la Ville et Stéphane Berhault, architecte du Patrimoine.

 « Cette restauration à venir va changer l'aspect de l'édifice. Les pierres vont être nettoyées, les joints probablement refaits... Le levé des façades que nous avons entrepris, à l'aide d'un tachéomètre laser, permet de prendre des photos en 3 dimensions en plusieurs points avec une correction de perspective. Ces données nous permettent ensuite de restituer complètement les façades et d'avoir des documents très précis de la position de chaque pierre et des éléments de décor », explique un des archéologue de l'INRAP. « L'archéologie appliquée aux élévations est la même que celle que l'on applique au sol. On essaie de lire la complexité des bâtiments qui sont constitués souvent de multiples campagnes de construction qui s'influencent mutullement. Sur la collégiale Notre-Dame, il y a de l'épaisseur chronologique relativement ancienne, nous pré-supposons que l'on va avoir des résultats intéressants. De l'édifice fondé par Robert Le Pieu, roi des capétiens, au XI ème siècle seul subsiste, aujourd'hui la crypte, le reste a été détruit et reconstruit au début du XII éme siècle. La reconstruction s'est terminée au XIIIe siècle par une reprise des parties hautes avec la pose de crénelages tels qu'on les voit aujourd'hui. Il y a donc des murs de plusieurs époques qui s'imbriquent, se superposent, se coupent... sans compter les phases de restauration avec par exemple cette petite fenêtre qui a été posée dans un style néo-renaissance, ou encore cette petite cheminée qui date du XVIII ème siècle », pointe du doigt l'archéologue. « Pour nous, les indices de maçonnerie sont extrêmement importants et cela se joue parfois à 2-3 centimètres près. C'est pourquoi nous avons besoin de ces relevés extrêmement précis », souligne l'archéologue. Les levés de façades doivent se terminer cette semaine. Un échafaudage sera ensuite posé sur la façade nord-ouest de l'édifice et les travaux de restauration pourront commencer.

Tél. : 01 69 92 68 00
Fax. : 01 69 92 68 49
Email

MAIRIE D'ETAMPES,
Place de l'Hotel-de-Ville-et-des-Droits-de-l'Homme
91150 ETAMPES

HORAIRES D'OUVERTURE